Comment mieux éduquer petits et grands à l’environnement

L’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté à la quasi-unanimité le 26 novembre un avis intitulé « L’éducation à l’environnement et au développement durable tout au long de la vie, pour une transition écologique » réalisé à la demande du gouvernement. Parmi les propositions : la généralisation des « sorties natures et classes découvertes » dans les écoles, une meilleure prise en compte des questions d’environnement dans la formation professionnelle et l’intégration d’un volet d’éducation à l’environnement dans tous les plans et schémas nationaux, régionaux et départementaux de politiques publiques.

« Il n’y aura pas de transition écologique possible sans éducation au changement », estiment Antoine Dulin, délégué national aux scouts et guides de France, et Allain Bougrain Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), co-rapporteurs de l’avis du Conseil économique, social et environnemental (Cese) sur l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) adopté à la quasi-unanimité par l’assemblée plénière le 26 novembre.
Publié deux mois après la conférence environnementale qui a consacré une table ronde à ce thème, les 20 et 21 septembre 2013, cet avis résulte d’une saisine du Premier ministre. « La conférence environnementale a produit des recommandations mais qui malheureusement ne portaient que sur le public jeune et l’éducation », a regretté Antoine Dulin. « Nous attendons que le ministère de l’Éducation nationale se saisisse de notre rapport, et qu’il y ait un travail en interministériel. Le CNTE (Conseil national sur la transition écologique) doit également réfléchir à la question. Il faut voir notre avis comme une boîte à outils. C’est la première qu’un rapport sur ce sujet sort au niveau institutionnel », a-t-il rappelé. « Nous sommes déçus de la conférence environnementale car elle aurait pu apporter davantage mais il s’agit de la première fois que le ministère de l’Éducation nationale passe du temps autour de la table – il était absent du Grenelle. Le fait qu’il y ait eu une table ronde est une preuve d’attention », a ajouté Allain Bougrain Dubourg.
Après trois mois de travaux et une vingtaine d’auditions d’acteurs divers, le Cese estime que l’EEDD doit se concevoir au sens large et concerner tout citoyen, tout au long de la vie. La réussite d’une telle politique tournée vers tous les publics implique selon lui de « mener dans la durée, de façon itérative, cohérente et convergente, une double démarche : une action volontariste de l’Etat et des collectivités locales, inscrite explicitement dans les politiques publiques d’éducation et de formation, d’information, de jeunesse comme dans celles de l’environnement, du développement durable, de l’aménagement du territoire, etc. ; un développement plus concerté, suivi et valorisé, de projets multi-partenariaux impliquant ensemble tous les acteurs publics (Etat, collectivités, établissements publics) et la diversité des acteurs de la société civile (associations, entreprises, organisations syndicales, familles, jeunes, etc.), les enseignants, les éducateurs, les formateurs et le monde de la recherche ».

La suite sur le site localtis.info

« Plus ou moins bêtes »

Dans le cadre d’un partenariat avec le Musée national de l’Éducation (Munaé, Réseau Canopé), leRéUniFEDD est fier de présenter  le projet « […]