Projet de recherche collaborative « Paysage collaboratif, désirable et durable »


Ce projet part de l’idée selon laquelle les paysages constituent un support privilégié pour une pédagogie de la durabilité (séminaire RFEDD, ENS Cachan, 2013). Support pédagogique privilégié d’une part du fait qu’ils permettent une entrée dans ce questionnement par une approche sensorielle plus ou moins esthétisante, mais cédant progressivement la place à une analyse de plus en plus étayée scientifiquement, et d’autre part parce que le paysage constitue un support coutumier de l’éducation scientifique, à l’environnement, au patrimoine et au territoire. Cependant, la question de la durabilité/soutenabilité amène à reproblématiser celui-ci.
Il repose sur les caractéristiques suivantes :
1° Une stratégie éducative positive : L’approche par la durabilité des paysages vise à permettre l’appropriation des enjeux de durabilité au vue de l’urgence d’une transition écologique des territoires, en dépassant l’effet inhibant des alertes purement catastrophistes, et celui lié aux obstacles d’échelle temporelle, spatiale et de complexité.
2° Un projet éducatif global : L’urgence des prises de conscience et des appropriations à effectuer nous amène à viser simultanément le public enfantin, adolescent et jeune adulte scolaire, et non scolaire, mais aussi tous les publics de loisir y compris touristique, dans un projet éducatif de territoire. Le paysage dans son caractère de familiarité et de proximité, offre l’opportunité de rendre lisibles pour ces publics les dynamiques spatio-temporelles et les enjeux passés, actuels et futurs.
Une recherche-action : Les dynamiques sociétales actuelles bousculent la répartition coutumière des rôles entre experts et novices au profit de dynamiques collectives de co-élaborations de savoirs hybrides issus des savoirs savants, professionnels ou traditionnels. La créativité des différentes parties prenantes, professionnels de l’éducation institutionnelle et non institutionnelle, sera mise au service de l’intelligibilité des processus, au moyen de sa mise en synergie avec les outils et méthodes de la recherche universitaire.

Texte rédigé par Jean Marc LANGE